AccueilAccueil  TumblrTumblr  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Etui de protection pour iPad
Voir le deal
15 €

Partagez
 

 The first cut is the deepest ▶ Jayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loukas

Loukas
DRAGONS DU NORDSPÉCIALISTE


Messages : 1801
Crédits : young wolf ; pathos
UN SOURIRE POUR LA PHOTO ? : The first cut is the deepest ▶ Jayden 1471943312-tumblr-o3u9z9r0pf1qevdhgo2-r1-500
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans
TÂCHE : Spécialiste

The first cut is the deepest ▶ Jayden Empty
MessageSujet: The first cut is the deepest ▶ Jayden   The first cut is the deepest ▶ Jayden EmptyLun 2 Mar 2015 - 0:18

Jour 5 - Après-midi

Si on m'avait dit un jour que j'aurais trouvé un quelconque intérêt dans le fait d'aller à l'entraînement, je ne l'aurais pas cru. Surtout celui de l'après-midi. Aujourd'hui, la situation semblait pourtant différente. Déjà, cette débile de Thalia n'était pas dans les parages et c'était une très bonne chose au vu de mon humeur massacrante. L'équipe avait été scindée en deux et, pendant que le haut du podium vaquait à d'autres occupations avec Commander, le reste du groupe s'entraînait librement. En temps normal, j'aurais sauté sur l'absence de ma Lieutenant pour tirer au flanc, mais cela n'aurait eu aucun sens. Rejoindre mon lit s'apparentait depuis peu plus à une torture qu'à un plaisir. Je profitais donc de l'occasion pour me défouler un maximum sur un sac de frappe en ignorant les bavardages de mes équipiers. Jusqu'ici, ils m'avaient ignorés ce qui m'arrangeait pas mal, mais l'un d'eux décida soudainement qu'il était judicieux de venir m'emmerder.

« Qui aurait cru que tu serais la plus assidue. Tu veux te faire bien voir par Commander maintenant que Jay te parle plus ? »

Je lui jetais un bref coup d’œil tout en continuant à marteler le sac de coups de poing. Milan, numéro sept. Un crétin pas mauvais du tout, mais avec un caractère de merde. Jugeant inutile de lui répondre, je gardais le silence. Mais le bougre était obstiné. Il s'appuya au mur en face de moi et croisa les bras sur son torse avec un petit air satisfait.

« C'est dur la vie pour le commun des mortels, hein ? J'espère que tu auras pas trop de mal à t'adapter parce qu'une fois que tu te retrouveras chez les chairs à pâté, ce sera encore plus galère. Commander pourra pas toujours te garder en dix, y aura vite quelqu'un qui en vaudra vraiment la peine pour prendre ta place. »

Il me cherchait et je n'avais même pas besoin de l'entendre me provoquer pour le savoir. Ce désir de me faire sortir de mes gonds semblait suinter de chaque pore de sa peau. La question était : pourquoi ? Si j'avais été en bons termes avec le nouveau Second, la chose aurait pu se justifier, mais là il ne pouvait même pas crier au favoritisme. C'était à peine si je connaissais ce gars en plus. On avait jamais vraiment eu de problèmes. Même lorsqu'il avait provoqué ma chute vers le numéro dix, je n'avais pas bronché. Alors pourquoi est-ce qu'il venait me prendre la tête maintenant, quand je faisais ce que le clan attendait de moi ?

« Comme si je ne le savais pas... »

Ma voix était sortie avec plus d'amertume que je ne l'avais voulu malgré mes dents serrées. Le son produit à chaque fois que mon poing entrait en contact avec le sac sembla s'intensifier. Pour compenser l'énervement qui grimpait, je mettais toujours plus de force dans les coups donnés. Mais Milan se foutait bien de ce détail. Il se décala du mur et s'approcha après avoir lâché un bref rire.

« Comme quoi, t'es moins lente qu'on le dit. Mais pour moi, t'es toujours pas à ta place. »
« Ben vas-y, fais moi tomber si je te dérange tant que ça. »
« Je vais pas me salir les mains pour toi. »

Son petit sourire satisfait toujours au coin des lèvres, Milan se rapprocha. Il se tenait désormais juste à côté de moi et cette proximité suffit à me statufier durant l'espace d'une seconde. Une seconde suffisante pour le laisser se pencher à mon oreille et persifler comme une Vipère.

« Tu le fais très bien toute seule. J'ai juste à admirer le spectacle. »

Au final, ce n'était pas ses paroles le vrai problème. Les émotions de ce mec saturaient tellement l'atmosphère que ça en devenait indécent. Mécontentement, frustration, jalousie,... Ce que ce gars ne devait pas supporter, c'était d'être dans une équipe où les filles étaient nombreuses. Et vu que j'étais la seule à occuper une place inférieure à la sienne, il en profitait comme le couard qu'il était. Comme on le ferait avec un chien un peu con, il me tapota la tête ce qui produisit chez moi un véritable choc électrique. Je me déplaçais brutalement de côté, mais c'était déjà trop tard. J'étais engluée dans les ressentiments qui couvaient en lui et c'était à en vomir. Réellement dégoûtée, je pinçais les lèvres ce qui n'échappa pas à Milan qui me saisit pas le col, furax.

« C'est quoi cette réaction ? Tu m'cherches ?! »
« ...trop proche... »

La moitié de ma phrase était morte avant d'avoir pu quitter mes lèvres, mais le principal avec été dit. Mon geste s'avéra particulièrement vif lui par contre. Par pur instinct défensif, je lui balançais un crochet dans la mâchoire qui le poussa à reculer de deux pas, mais surtout à me lâcher. Le regard brûlant de colère, il passa la main sur sa peau rougie par le coup avant de lever les poings.

« Ça, tu vas le regretter. »

A sa position, je devinais qu'il ne devait pas être un as au corps à corps. Il y avait une faille énorme dans sa garde. Seulement, il était grand et avait les membres longs ce qui lui donnerait une certaine allonge. Mais ce n'était que des détails. Je devais aussi prendre en compte mes propres spécificités. Oui, j'avais de l'expérience, mais je n'avais plus combattu vraiment depuis longtemps. Et j'avais déjà grillé trop d'énergie à force de me défouler. Je n'eus cependant pas de mal à encaisser le premier coup, contre-attaquant directement d'un coup de pied dans les côtes. Ce gars était trop obsédé par le fait de protéger son visage pour s'occuper du reste de son corps. Bonne joueuse, je n'enchaînais pas immédiatement lorsqu'il tituba avant de retrouver son équilibre, mais je le regrettais aussi en le voyant revenir en balançant sans logique des coups. C'était la zizanie. Pendant qu'il s'épuisait, je n'avais qu'à esquiver, mais l'une des frappes me surprit et je reculais, légèrement dans le flou après avoir été touchée à l’œil. Trop habituée, je restais stoïque et repartais à l'attaque. La douleur n'était pas si dérangeante et ma vue s'adapterait. Et puis, je brûlais d'envie de lui briser les côtes à cet enfoiré qui avait réussi à percer ma garde avec une technique aussi stupide. Un tel excès d'orgueil en combat ne me ressemblait pas. Alors que je martelais son flanc de coups, il profita de notre proximité pour m'enserrer.

« Hé les gars, venez m'aider. On a une rebelle à mater ! »

Deux personnes s'approchèrent. Je déglutis difficilement en sentant leurs mains se refermer sur mes bras en m'arrachant à Milan. Les enfoirés ! Je cherchais la présence du quatrième des yeux, mais je n'eus pas le temps de faire le tour de la salle que déjà une douleur bien trop forte me vrillait le ventre. Sous le choc, je sentis mes pieds se dérober, mais les deux autres m'empêchèrent de tomber.

« Tu l'ouvres moins, là tout de suite. »

Pas décidée à m'écraser devant lui, je relevais la tête et le fusillais du regard. A la façon dont il tenait son côté, je devinais que j'avais au moins réussi à lui infliger quelques dégâts ce qui m'arracha un sourire. Sourire qu'il se prit un plaisir d'effacer d'un coup de poing qui apporta le goût ferreux du sang sur ma langue. Je crachais un filet de salive rougeâtre sur le sol avant de lui adresser un rictus narquois.

« Eh ben quoi, c'est tout ce que tu sais faire ? »

Le chercher était la pire idée du siècle, mais je ne pouvais pas m'en empêcher. Les coups avaient réveillés bien trop de choses. Dans la douleur, je ne ressentais plus rien. Il n'y avait plus les émotions dégoûtantes de ces trois idiots pour me paralyser. Il n'y avait plus que la pulsation du mal dans mon ventre et sur mon visage. En voyant un nouveau coup venir, je pris une longue inspiration et le laissais frapper, le regard accroché au sien. Pourtant, ce n'était pas les yeux bruns de Milan que je voyais en cet instant, mais deux iris d'un bleu trompeur. Une nouvelle décharge de douleur me fit papillonner des yeux et durant un instant, je retrouvais le Spécialiste, avant de me perdre encore et encore dans un passé qui s'insinuait au pire moment qui soit. J'avais dix ans et il me fallait apprendre à endurer. Encore un coup. Cette fois, mes jambes lâchèrent et je tombais à genoux, étrangement abandonnée par les deux gars qui me tenaient plus mollement. L'ambiance avait soudainement changée dans la pièce. Je ne ressentais presque rien, mais en levant les yeux, je constatais que Milan avait suspendu son geste. Paralysé, il me regardait moi pour éviter de tourner les yeux vers un nouveau venu qui était assez impressionnant pour lui faire peur. Un frisson de crainte se glissa le long de mon échine, mais je chassais cette émotion parasite avec facilité. Ce n'était pas ma peur, c'était la sienne. Cette plaisante sensation de lâcher prise était grisante. Depuis quand n'avait-il pas été si facile d'ignorer l'émotion de quelqu'un d'autre ? De la chasser comme si elle n'était qu'une mouchette venue se poser et s'envolant aussitôt ? Un moulinet du poignet me libéra un bras. Le droit, bien sûr. Réagissant parfaitement au mouvement, la lame cachée dans mon gantelet jaillit et je n'eus qu'un geste à faire pour la planter dans la cuisse de l'un de mes agresseurs qui couina sous la douleur et la surprise et s'étala à ma hauteur. Le deuxième gars me lâcha de lui-même et je pu me relever. Une fois debout, mon regard se tourna vers Jayden, froid, implacable. Négligemment, j'essuyais les quelques gouttes de sang qui avaient éclaboussé ma joue et un sourire narquois orna mes lèvres. C'était donc à lui que je devais ce changement. Les souris ne dansaient plus beaucoup maintenant que le chat était là.

_________________
fire and ice, they go hand in hand


Dernière édition par Loukas le Mer 19 Aoû 2015 - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jayden

Jayden
DRAGONS DU NORDSECOND


Messages : 8144
Crédits : faust (avatar), yvanna (signature), tumblr (gifs)
UN SOURIRE POUR LA PHOTO ? : The first cut is the deepest ▶ Jayden Tumblr_o1iuhoBSEB1qg8dzlo8_250
ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans.
TÂCHE : Second.

The first cut is the deepest ▶ Jayden Empty
MessageSujet: Re: The first cut is the deepest ▶ Jayden   The first cut is the deepest ▶ Jayden EmptyLun 23 Mar 2015 - 22:54

J'arpentai les couloirs du QG un bloc note à la main, un crayon dans la bouche. Hier dans la soirée, j'avais pris la décision de passer en revue tous nos effectifs. Des membres jetables et remplaçables aux nombres d'armes, munitions et autres équipements dont nous disposions. J'avais déjà les comptes de Chad, certes mais j'avais préféré refaire le travail, m'assurer que les chiffres n'étaient pas faussés et me rendre compte par moi-même de l'état de tout ce bazar. Parfois, je me détestais d'être aussi borné, aussi obsessionnel sur certains sujets. Les comptes de Chad avaient l'air bon, vraiment bon ▬ ce qui en m'empêcha pas de rayer son prénom de ma liste puisqu'il ne faisait plus partie des troupes. Pourtant, il fallait absolument que je vérifie les moindres détails et j'étais loin d'en avoir fini. Vraiment loin. Parce que j'étais obsessionnel et qu'en fouillant, j'étais tombé sur un prénom particulier. Un prénom qui avait le don de m'irriter particulièrement fort ces derniers temps. Liam. Oh, j'ignorais s'il s'agissait du même crétin qui tournait autour de Loukas depuis plus de temps que je ne saurais jamais deviner. Mais ces quatre lettres me sautaient à la figure comme un jet d'acide et je grognai les griffonnant avec rage. Et je ne pouvais décemment pas résister à la tentation de remonter les comptes jusqu'au début du service de cette personne afin de vérifier qu'aucune anomalie ne s'y trouvait.


Sans m'en rendre compte, j'avais quitté le QG depuis plusieurs minutes. Je dus plisser les yeux pour m'habituer à la clarté de l'extérieur mais je ne levai toujours pas les yeux de mes notes, passant mes nerfs sur le crayon que je mordillais nerveusement. Mes pas me guidaient à travers le territoire et je me retrouvai bientôt dans un quartier plutôt désert. Je détournai mon attention de mon carnet pendant quelques secondes, le temps de sonder le paysage que je ne mis pas de temps à reconnaître. C'était l'endroit que j'affectionnais particulièrement quand il s'agissait de m'isoler pour réfléchir à mon aise, sans parasite pour me déranger. C'était une bonne chose, je pouvais au moins compter sur mon subconscient pour me donner exactement ce que j'avais besoin sur le moment. M'étirant un peu, je m'allai me percher sur le reste du muret. Plaçant mes avant-bras sur mes cuisses, je me penchai à nouveau sur les comptes, m'acharnant sur les quatre lettres alors que je réfléchissais. Mon esprit s'évadait bien trop souvent vers le balafré qui partageait ce prénom et je me mis à penser que pour ne plus y penser, je devrais le confronter de face un jour. Je n'avais pas peur de lui, pas de sa personne, aucune crainte qu'il me blesse. Il avait de l'expérience, mais il était blessé et j'étais bien plus jeune, bien plus vif. Et quand bien même je n'avais pas fait partie du top trois des fines lames, j'avais été un spécialiste. Il ne pouvait m'atteindre qu'à travers Loukas. Ma mâchoire se crispa et mes muscles se tendirent rien qu'à y penser. Je doutais qu'il cherche à m'atteindre. Il connaissait Bonnie, elle avait l'air d'avoir confiance en lui et même plus. Peut-être que je devais simplement lui mettre une balle entre les deux yeux et m'en débarrasser une bonne fois pour toute. Ce bellâtre à la jambe folle me donnait des envies de meurtres ! Je ne pouvais même plus profiter d'un instant de calme sans que sa face me donne envie de vomir. Je grognai une nouvelle fois et me renfrognai, gigotant sur place. Cette histoire n'avait pas fini de me troubler et la meilleure solution restait celle de Jo. Je devais en parler à la principale intéressée mais rien n'y faisait, je n'y arrivais pas, ça me dépassait totalement. Aussi décidai-je d'oublier cette lubie soudaine de vérification forcée pour lézarder simplement au soleil sur mon petit muret. Je fermai les yeux, levant le visage vers le ciel laissant les rayons chaleureux de l'astre du jour me caresser le visage.


Cette fois, mon esprit s'évada réellement et je fis le vide, respirant et expirant longuement. Les mots sages de ma petite-sœur tournaient en rond dans mon esprit mais cela ne me dérangea pas. Elle avait toujours raison. Elle avait raison quand elle disait que je devais faire attention à ce que mon nouveau rang ne pèse pas sur mes épaules, quand elle disait que je n'avais pas à me tuer à la tâche et même quand elle me disait que je devais faire le premier pas vers Loukas. Elle avait raison, ma récente promotion me paraîtrait bien plus amusante avec Loukas et l'avoir à mes côtés m'éviterait de m'inquiéter pour elle. Jo avait toujours raison sauf quand elle essayait de me convaincre de la laisser explorer le territoire. Plutôt mourir que de la savoir seule au milieu de cette bande de chacals. Et en parlant de chacal, un membre avec la discrétion d'un éléphant sembla se ruer vers moi. Sans même ouvrir les yeux, je pestai. Je réfléchis. Si ce n'est pas une urgence, repasse plus tard. Et bouge de là, tu me caches le soleil. N'entendant pas les pas s'éloigner, j'ouvris un œil. Voyant qu'il s'agitait, j'ouvris l'autre et l'incitai à parler d'un signe de tête. Il y a un incident...chez les spécialistes...chez les...les...espions. Je haussai un sourcil, ne comprenant pas tout de suite en quoi cela me concernait. Si même les spécialistes se mettaient à me faire perdre mon temps pour des broutilles. Avec Loukas, je veux dire. Il n'en fallut pas plus pour que je ne saute de mon muret pour le pousser à montrer la direction. Si j'essayais de faire bonne figure, intérieurement les questions se bousculaient. Que se passait-il avec Loukas pour qu'un membre vienne me chercher, l'air paniqué ? Alors que je l'incitai à aller plus vite, il tenta brièvement de m'expliquer la situation mais je n'y compris rien entre ses baragouinages et ses reprises de souffle.

Nous arrivâmes bientôt et j'étais loin, très loin d'apprécier ce qui se déroulait devant mes yeux. Je serrai les poings, la mâchoire crispée. J'ignorais ce qui me retenait de détruire les trois crétins qui osaient s'en prendre à ma Loukas. Seulement, je ne pouvais pas simplement débarquer et leur rendre la monnaie de leur pièce sans faire passer Bonnie pour une faible qui comptait sur les autres pour la défendre. Je me contentai premièrement de simplement me racler la gorge pour signaler ma présence. Tout le restant de mon énergie était destiné à contenir ma rage. Dissimulant mes poings dans mes poches, je m'avançai lentement, un sourire forcé au coin des lèvres alors que le spécialiste avait suspendu son action. Loukas mit ce temps à disposition pour blesser l'un des lâches qui l'avait retenue d'un coup de lame. Voyez-vous ça. Y a une fête chez les espions et je ne suis même pas invité ?, ironisai-je affichant un semblant de sourire sans lâcher le salaud qui avait levé la main sur Bonnie. C'est toi qui as organisé la fête ? Je me sens vexé, vraiment, continuai-je mon ton se faisant de plus en plus menaçant. Alors ? Tu as perdu ta langue ? Tu n'as pas quelque chose à me dire ?, le questionnai-je en me rapprochant de plus en plus. Je suis très doué à ce jeu pourtant, sifflai-je en lui attrapant fermement le bras, me servant d'une clef pour l'immobiliser brutalement, je n'étais vraiment pas d'humeur à y aller de mains mortes. Je lui balayai les jambes, le laissant chuter durement au sol, sans pour autant lui lâcher le bras que je continuai à lui tordre derrière le dos. Je lui écrasai légèrement le visage du bout du pied. Tu vois, je suis doué, crachai-je en lançant un regard noir aux deux complices. Vas-y, excuse-toi maintenant et jure-moi que la prochaine fois, je serais invité. Je finis par le lâcher et m'éloignai de lui. Mes doigts allèrent chercher le crayon au fond de ma poche et je griffonnai distraitement quelques mots sur le papier de mon carnet que je tendis au spécialiste qui était venu me prévenir. Je lui murmurai quelques mots à l'oreille avant qu'il ne s'en aille en courant. Quand il disparut de ma vue, je m'approchai instinctivement de Loukas. Je mourrais d'envie de pouvoir m'assurer qu'elle allait bien mais je ne voulais pas non plus la faire passer pour la favorite du second. Alors, y en a pas un de vous pour m'expliquer cette histoire ? Par contre, faites très attention, je ne suis pas de très bonne humeur et j'apprécie encore moins qu'on m'interrompe quand je travaille donc votre explication a intérêt à tenir la route.

_________________
The first cut is the deepest ▶ Jayden 1472324777-tumblr-nolseoazqf1utjlrlo2-500
Revenir en haut Aller en bas
Loukas

Loukas
DRAGONS DU NORDSPÉCIALISTE


Messages : 1801
Crédits : young wolf ; pathos
UN SOURIRE POUR LA PHOTO ? : The first cut is the deepest ▶ Jayden 1471943312-tumblr-o3u9z9r0pf1qevdhgo2-r1-500
ÂGE DU PERSONNAGE : 19 ans
TÂCHE : Spécialiste

The first cut is the deepest ▶ Jayden Empty
MessageSujet: Re: The first cut is the deepest ▶ Jayden   The first cut is the deepest ▶ Jayden EmptyJeu 17 Déc 2015 - 0:14

Jayden leur offrait le grand jeu de la méchante Fine Lame. Parfois, j'oubliais qu'il était de cette équipe et que ce n'était pas pour rien. Il fallait dire que je ne m'étais jamais réellement intéressée à mes propres entraînements, alors ceux des autres... Jay par contre avait dû être plutôt assidu lors des leçons de Michael. Enfin les rumeurs parlaient plutôt d'élèves autodidactes dans le cas de cette équipe en particulier. Bref, je m'éloignais du sujet. Tout ça pour dire que Clyde était bien dans son rôle de Dragon vexé de ne pas avoir été invité à une petite sauterie. Si tout ça fonctionnait pas mal avec les autres, je n'étais pour ma part pas dupe. Il était furieux et je savais à cause de quoi tout comme je savais pourquoi il ne se contentait pas juste de tout relâcher. Il le faisait pour moi, pour me protéger de l'un des pires fléaux chez les Dragons. S'il se contentait de les démolir parce qu'ils s'en étaient pris à moi, je deviendrais l'une de ces femmes objets qui se faisaient traiter comme de la merde par les autres. Surtout qu'il n'y avait ici aucune raison de réagir. Ils n'avaient rien fait de mal, c'était quelque chose de courant entre Membres, surtout entre Spécialistes. Merci à l'élitisme dragon et à la pression placée sur les épaules des numérotés.

Milan, toujours au sol avec le visage écrasé par Jayden, souffla difficilement ses excuses en répétant à plusieurs reprises qu'il était doué. Qu'il était même le meilleur. Je ne pu m'empêcher de rigoler : ce type faisait vraiment pitié.

« Lèche-botte. »

Dans son malheur, Milan avait eu de la chance. Ou peut-être pas tant que ça. Clyde se désintéressa un moment de nous pour griffonner un mot qui partit aussitôt en compagnie d'un autre Spécialiste. Je lui lançais un regard confus, pas vraiment sûre de là où il voulait en venir. L'instant d'après, il avait retrouvé son focus sur la situation et il réclama des explications. Milan qui s'était recroquevillé dans un coin ne semblait pas savoir quoi dire, visiblement effrayé. Les deux autres n'étaient pas franchement coopératifs. Entre celui qui se retenait de gémir de douleur à cause de la blessure que je lui avais laissé et celui qui tentait de se faire oublier, ce n'était franchement pas la gloire. Peu désireuse de rester trop longtemps au milieu de tout ça, je me décidais de me lancer dans une explication. Il fallait bien que quelqu'un s'y colle.

« Oh, tu sais bien... On se chamaille un peu, on s'insulte, ça part en couille, on lâche quelques coups. Une histoire de Dragons, en somme. »

Je tentais de la jouer décontractée en croisant les bras sur ma poitrine, mais je le regrettais aussitôt. Sur le moment, c'était un peu douloureux et je peinais à cacher ma grimace. Heureusement, mes agresseurs étaient un peu trop occupés pour apprécier cette concession.

« La ruée vers la gloire... »

La fin avait été crachée avec cynisme et je ne me dérangeais pas pour fixer obstinément Jayden avant de tourner les yeux vers mes mains que je frottais sur mon jean pour effacer le sang avant qu'il ne sèche.

_________________
fire and ice, they go hand in hand
Revenir en haut Aller en bas
Jayden

Jayden
DRAGONS DU NORDSECOND


Messages : 8144
Crédits : faust (avatar), yvanna (signature), tumblr (gifs)
UN SOURIRE POUR LA PHOTO ? : The first cut is the deepest ▶ Jayden Tumblr_o1iuhoBSEB1qg8dzlo8_250
ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans.
TÂCHE : Second.

The first cut is the deepest ▶ Jayden Empty
MessageSujet: Re: The first cut is the deepest ▶ Jayden   The first cut is the deepest ▶ Jayden EmptyLun 19 Sep 2016 - 20:50

Si j'étais furieux de la façon dont il avait traité Loukas, une autre voix plus tranchante et plus objective aussi vint piquer mon esprit. J'avais fait partie de l'équipe des fines lames, oui. Pour un non-natif, c'était une montée en grande inespérée, peut-être gage de qualité. Je n'ignorais pourtant pas que sans les informations que Bonnie m'avait transmises, je n'y serais pas arrivé, ou peut-être plus lentement. Le fait était que oui, j'avais été un numéro des fines lames et si je n'avais pas à me plaindre de mon niveau, je n'avais pas non plus de mal à admettre le gouffre qui me séparait de celui des trois premiers numéros. Alors de voir ces espèces de crétins se ratatiner sur place avait quelque chose d'effrayant. N'étaient-ils pas censés être des dragons ? Des spécialistes par-dessus le marché ? Je m'étais sans doute attendu à plus de répondant. Ma position de Second ne semblait pas jouer dans cette situation et pourtant, le bourreau se trouvait là, à mes pieds, recroquevillé sur lui-même comme un gosse terrifié. A croire qu'encore un peu et il se faisait dessus. Il n'y avait pas de répondant, rien, ce gars répondait même à mes menaces en concédant que j'étais le meilleur. J'étais le genre de personne à avoir un certain ego mais encore une fois, je connaissais mes capacités, je savais où elles s'arrêtaient. J'étais le meilleur dans plusieurs domaines, ça, je ne m'en cachais pas mais celui-ci ? Non. Une autre colère vint donc s'ajouter à celle qui existait déjà. Comment ce parfait crétin avait-il osé s'en prendre à Loukas et se comporter ainsi peu après ? J'y voyais une insulte et surtout un gros problème. Preuve que la décision que je venais de prendre était plus que nécessaire. Et encore une fois, même indirectement, Loukas venait de me souffler le comportement à adopter, les actions à mener. Oh, elle ne serait sans doute pas ravie quand la décision sera prise mais c'était un mal nécessaire.

Je ne manquai pas le grimace de Loukas mais je ne pouvais pas afficher mon inquiétude au grand jour. Même s'ils ne valaient rien, il restait hors de questions que ces crétins aillent rependre de fausses rumeurs sur Bonnie. Aussi, quand elle se tourna vers moi pour m'expliquer les faits, je haussai un sourcil, clairement méprisant à l'égard des poules mouillées sur lesquelles j'avais essuyé mes chaussures. Quand je voyais des minables comme ça, je doutais vraiment de cette fameuse fierté dragonne. A croire qu'elle n'était là que pour cacher les lâches du potentiel de certains non-natifs ambitieux. Ça, je pointai Milan du doigt sans même lui adresser un regard, il ne méritait pas mon attention. Ce n'est pas un dragon, tranchai-je, crachant tout le mépris qu'il m'inspirait. Je lui mis des petits coups du bout du pied avant de reprendre. Je sais pas ce que c'est, mais c'est pas un dragon. Il ne vaut même pas un pitoyable pigeon.

Je ne comptais pas mâcher mes mots car même s'ils n'étaient que des spécialistes de l'équipe des espions, le spectacle n'en demeurait pas moins inquiétant. Un type pareil ne pourrait jamais être envoyé sur le terrain. Au risque de perdre tous les secrets du clan car un espion de cette trempe serait le premier à cracher les informations pour s'épargner la douleur. Mauvaise idée, la douleur, je ne comptais pas la lui épargner. Ce n'était que le début de ma vengeance et si ma vengeance pouvait profiter au clan, ce n'était qu'un grand plus. Loukas non plus ne semblait pas vouloir faire dans la subtilité. Il fallait que je prenne sur moi, que pour une fois, je sois le plus mature des deux mais je ne comptai pas baisser les yeux. J'avais des torts dans l'histoire mais je n'étais pas le seul. Franchement, je me demandais comment nous avions pu en arriver là. Mais je ne comptais plus laisser les choses s'envenimer. Qu'elle le veuille ou non, je trouverais un moyen d'avoir une discussion avec la louve revêche qu'elle pouvait être. Pour le moment, je me gardai bien de faire tout commentaire. Après tout, nos histoires ne concernaient que nous. Nous n'avions pas besoin d'un public pour mettre les choses à plat.

Y aura pas de ruée, juste un grand nettoyage. Avec ce que je vous prépare, on saura vite où se cachent les vrais dragons dans ce tas de mollusque.

_________________
The first cut is the deepest ▶ Jayden 1472324777-tumblr-nolseoazqf1utjlrlo2-500
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



The first cut is the deepest ▶ Jayden Empty
MessageSujet: Re: The first cut is the deepest ▶ Jayden   The first cut is the deepest ▶ Jayden Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

The first cut is the deepest ▶ Jayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà du réel :: C4 - CORBEILLE :: CORBEILLE :: RP-