AccueilAccueil  TumblrTumblr  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Notre vie défile en l'espace d'un soupir # test rp d'Ezekiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

JAGUARS DU SUDCHEF


Messages : 3783
Crédits : herjuliwiii ; shinouh
UN SOURIRE POUR LA PHOTO ? :
ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ans
TÂCHE : Tout et rien.

MessageSujet: Notre vie défile en l'espace d'un soupir # test rp d'Ezekiel   Sam 23 Aoû 2014 - 16:45


Mise en situation

Notre vie défile en l'espace d'un soupir.


Ezekiel a été frappé dans la fleur de l'âge par une maladie inconnue. Au vu des méthodes et des instruments dont disposent les médecins de notre époque, leurs possibilités ont été pauvres et il a longtemps été hospitalisé, oscillant entre la vie et la mort, sans que personne ne puisse réellement le soulager. Il s'en est miraculeusement sorti, mais comment appréhende-t-il réellement la maladie ? A-t-il des craintes à ce propos ? Et comment voit-il cette vie qu'il a la chance de reprendre ?

_________________

BE A WARRIOR FOR LOVE

You will learn a lot about yourself if you stretch in the direction of goodness, of bigness, of kindness, of forgiveness, of emotional bravery.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre vie défile en l'espace d'un soupir # test rp d'Ezekiel   Sam 23 Aoû 2014 - 17:19

Ezekiel Ψ
On part sans savoir où meurent les souvenirs. Notre vie défile en l'espace d'un soupir. Nos pleurs, nos peurs, ne veulent plus rien dire. On s'accroche pourtant au fil de nos désirs qu'hier encore, on ne cessait de maudire. S'il faut mourir, autant vivre à en crever. Tout retenir pour tout immoler. S'il faut mourir, sur nos stèles je veux graver, que nos rires ont bernés la mort et le temps.

Sa mère l'avait nommé Ezekiel, comme l'Archange qui n'en était pas vraiment un. Zeke n'avait jamais bien compris ce qu'était un Archange et il se perdait facilement dans toutes ces idées religieuses désuètes qu'elle lui rabâchait à longueur de temps. Elle, elle était à fond dedans. Croire en son dieu unique et éternel, c'était ça qui l'aidait à tenir. Elle n'avait pas la force de vivre pour elle-même alors elle vivait pour son dieu qui en échange lui apporterait un soutien inconditionnel selon ses dires. Tout ça, c'était des cracks bien sûr. Ça ne l'avait pas empêchée de se faire dépouiller par des fripouilles fuyant la ville et de mourir de ses blessures après une longue agonie. Ça devait être pour cela que les gens ne croyaient plus en ce dieu qui ne les protégeait de rien. A la place, ils choisissaient de croire en autre chose. En quelqu'un d'autre. Durant ses voyages, Ezekiel avait souvent pu remarquer cette tendance, ce besoin presque vital de se raccrocher à quelqu'un d'autre et de laisser sa vie entre ses mains. Au fond, c'était peut-être cela un Chef. Le dieu d'un monde minuscule en comparaison de la surface du globe terrestre. Zeke n'était pas différent des autres. Lui aussi avait ressenti un jour le besoin de donner sa foi, sa confiance, à quelqu'un. Ce jour-là, il avait compris ce qu'était un Archange. C'était le bras droit d'un dieu, son exécuteur. Son Second en somme d'une certaine façon.

En constatant des dizaines de paires d'yeux attentifs posés sur lui, Ezekiel sortit de sa rêverie. Il s'était arrêté au milieu de l'histoire qu'il leur racontait et les enfants attendaient avec impatience de savoir la suite. Dieu qu'il aimait les gosses. Il suffisait d'un rien pour que des milliers d'étoiles se mettent à briller dans leurs yeux. Bien sûr, il enjolivait un peu ses histoires pour leur donner plus de magie, mais les mômes gobaient tout avec une insouciance déconcertante. C'était pour ça qu'il aimait tant leur contact. Ils croyaient en tout et voyaient la vie d'une façon qui devenait vite inconnue aux adultes. Avec une brusquerie parfaitement mesurée, il attrapa le garçonnet assit sur ses genoux et le fit culbuter dans les airs avant de le reposer sur ses pieds, faisant raisonner son rire.

« - Aller la marmaille, c'est fini pour aujourd'hui. »
- Oh non raconte nous encore. »

Un choeur de supplique résonna bien vite autour de lui. Les enfants adoraient qu'un grand s'intéresse à eux et même s'ils en avaient l'habitude et que d'autres adultes se trouvaient dans les environs, certains s'amassaient toujours plus particulièrement autour de lui. Comme les adultes, eux aussi avaient leur préféré.

« - Désolé les enfants, je dois y aller. Vous savez bien que je dois aller chez le vieux aux binocles aujourd'hui. »

Le vieux aux binocles était l'un des personnages central de ses histoires et il suffisait qu'il énonce son nom pour que les enfants obtempèrent. Néanmoins, il existait aussi dans réalité même s'il n'était pas ce vieux mage à la longue barbe blanche qui passionnait ses jeunes auditeurs. Un sourire espiègle aux lèvres, il ébouriffa les cheveux d'un petit bonhomme et s'avança dans la masse qu'il fendit aisément. Alors qu'il s'éloignait, il adressa un signe de la main aux gamins et se mit en route pour l'hôpital. Il devait s'y rendre souvent, bien trop souvent à son goût, car son état restait à surveiller. La vie d'un miraculé n'était pas toujours facile et on avait au début omis de lui dire qu'il serait toujours un peu malade. Il ne s'en plaignait pourtant jamais, il était bien trop heureux de pouvoir rire, découvrir et profiter à nouveau de la vie. Peut-en qu'en échange de ces longues années de souffrance, il avait pu retrouver le petit garçon qu'il avait été enfant. Il avait retrouvé cette vision ouverte sur le monde qu'avait les plus jeunes et il s'émerveillait d'un rien, ses yeux brillant toujours de cette lueur de joie et d'excitation qui le caractérisait.

« - Ça va ?
- Ça va. »

En arrivant à l'hôpital, Ezekiel s'était directement dirigé vers la pièce qu'occupait le médecin pour ses consultations et il s'était lourdement assis sur un tabouret branlant face à lui. Un soupir avait quitté ses lèvres au même moment ce qui avait éveillé la suspicion du médecin qui avait déchaussé ses binocles pour se frotter doucement les yeux. Il y avait pleins de petites rides autour de ses yeux. Il était assez âgé, mais il savait que ces rides là étaient les marques du rire. Il avait donc dut beaucoup rire dans sa vie ce qui était une bonne chose selon Zeke.

« - Qu'est-ce qui ne va pas Ezekiel ? Tu as l'air fatigué.
- Vous pensez qu'elle reviendra ? »

L'homme poussa un long soupir. Il s'était attendu à cette question.

« - Je ne sais pas Ezekiel. Peut-être. Nous en savons tellement peu sur le corps humain et sur tout ce qui y touche. J'espère sincèrement que non cela ne reviendra pas, mais ce n'est qu'un désir personnel. Au final, je ne peux rien face à cette maladie. Tu as survécu, c'est tout ce dont je suis sûr. »

Il se pencha en avant et serra doucement la main du jeune homme qui durant un instant se sentit troublé. Même s'il était positif, il y avait toujours cette peur au fond de son ventre. L'ennemi était invisible et l'avait rongé de l'intérieur pendant tant de temps, si longtemps qu'il ne savait pas s'il aurait un jour la force de l'affronter une nouvelle fois. Cette vérité donnait néanmoins sens à sa nouvelle résolution. Désormais et plus encore que jamais, il vivrait de tout son cœur pour tout le temps qu'il lui restait.
Revenir en haut Aller en bas
 

Notre vie défile en l'espace d'un soupir # test rp d'Ezekiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Notre alimentation
» 'BillClinton,otez-vous de notre soleil'UN TEXTE QUI CHATOUILLE LES PLEURNICHEURS
» Notre Dame de Paris
» La notion d'espace public dans le mental haïtien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au-delà du réel :: HORS JEU :: Corbeille :: RP clos/abandonnés :: RP "officiels"-